Lutte contre le gaspillage alimentaire : Michel Vaspart demande au Gouvernement qu’elle soit inscrite comme grande cause nationale

Question écrite n° 15950 de M. Michel Vaspart (Côtes-d’Armor – UMP)
publiée dans le JO Sénat du 23/04/2015 – page 914

M. Michel Vaspart attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement sur le gaspillage alimentaire qui gagnerait à être reconnu comme une grande cause nationale dans notre pays, où des personnes souffrent de ne pas suffisamment manger, tandis que sont jetées chaque jour des tonnes de produits périmés. Le rapport rendu début avril 2015 au Gouvernement par un parlementaire à ce sujet préconise un certain nombre de solutions intéressantes. Il souhaiterait connaître sa position sur ces propositions. Il souhaiterait également connaître les raisons pour lesquelles les solutions préconisées n’avaient pas pu être transformées en actions lorsque l’auteur du rapport était précisément son ministre délégué à l’agroalimentaire entre mai 2012 et avril 2014.

Réponse du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt publiée au JO Sénat le 02/07/2015 – page 1568

La lutte contre le gaspillage alimentaire représente un véritable enjeu social, environnemental et économique auquel le Gouvernement est particulièrement sensible. La loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014 inscrit d’ailleurs la lutte contre le gaspillage alimentaire comme l’un des quatre grands enjeux prioritaires de la politique publique de l’alimentation. Cette évolution législative est un signal fort et s’inscrit dans la continuité du travail engagé par le Gouvernement depuis plus de deux ans sur le sujet, qui s’est traduit par le lancement du pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire en juin 2013. Chaque partie prenante de la chaîne alimentaire s’engageait dans ce pacte à mettre en place à son niveau un certain nombre d’actions de sensibilisation des consommateurs et des professionnels, ainsi que des actions concrètes de prévention du gaspillage alimentaire. En effet, le gaspillage alimentaire existe à chaque maillon de la filière alimentaire (production agricole, marchés de gros, industries agroalimentaires, artisans, grande distribution, restauration collective, restauration commerciale…) et il est donc indispensable d’agir au niveau de chacun de ces maillons. Le comité de suivi du pacte, composé des différents acteurs impliqués et piloté par le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement, réuni le 16 octobre 2014, à l’occasion de la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire, a permis de faire le point sur les avancées enregistrées depuis le lancement du pacte : mise en réseau des acteurs, développement de la communication sur le sujet avec une campagne de communication du ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, diffusion des initiatives vertueuses. Par ailleurs, le cadre réglementaire des dons et notamment la responsabilité en matière sanitaire du donateur a été clarifié par un arrêté du 24 septembre 2015, ce qui était une attente forte des associations caritatives d’aide alimentaire. Afin de poursuivre le travail engagé, le Premier ministre a, le 15 octobre 2014, confié à M. Guillaume Garot, ancien ministre délégué chargé de l’agroalimentaire et député de Mayenne, une mission parlementaire ayant pour objectif d’identifier les freins qui persistent tout au long de la chaîne alimentaire et de proposer des adaptations du cadre législatif et réglementaire. M. Garot a remis son rapport le 14 avril 2015. Il confirme la nécessité d’agir à tous les maillons de la chaîne alimentaire. Ce rapport s’est traduit immédiatement par des mesures législatives intégrées dans le projet de loi sur la transition énergétique et la croissance verte, en cours de discussion au Parlement. Il s’agit notamment d’inscrire une hiérarchie des priorités dans la lutte contre le gaspillage (prévention, utilisation à des fins d’alimentation humaine, utilisation à des fins d’alimentation animale, valorisation énergétique) avec l’objectif de ne jeter qu’en dernier recours. La loi règle une difficulté importante concernant le don des produits sous marque de distributeurs. Ces produits sont fabriqués par un industriel pour le compte d’une grande surface sur la base d’un cahier des charges fixé par celle-ci. Seront désormais interdites les clauses contractuelles empêchant que ces produits, lorsqu’ils sont refusés par un distributeur par exemple pour des défauts d’étiquetage (ce qui n’empêche aucunement le produit d’être consommé) puissent être donnés par les fabricants à des associations. Le projet de loi prévoit également que les dons alimentaires effectués par des grandes surfaces à des associations d’aide alimentaire fassent l’objet de convention entre les acteurs, afin d’améliorer la qualité des aliments donnés, l’adéquation entre les produits donnés et les besoins des associations… Cette mesure donnera aux associations la capacité d’utiliser au mieux ces dons, ce qui était leur demande prioritaire, plus qu’une obligation de don difficile à mettre en œuvre, qui poserait des problèmes de gestion des dons aux associations et qui mettrait en péril des partenariats entre associations et grandes surfaces basés sur le volontariat et construits depuis de nombreuses années. Le projet de loi réaffirme par ailleurs l’importance de l’éducation à la lutte contre le gaspillage alimentaire dans le cadre de l’éducation à l’alimentation prévue par la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014. Enfin, le projet de loi prévoit que la lutte contre le gaspillage fasse désormais partie des thématiques à prendre en compte par les entreprises dans le cadre de leurs obligations en matière de responsabilité sociale et environnementale (RSE). Le Gouvernement sera attentif à la mise en œuvre concrète de ces dispositions. Il faut par ailleurs que l’effort de mobilisation se poursuive à tous les niveaux, en cherchant le plus possible le développement de partenariats entre tous les acteurs désormais prêts à agir.