Michel Vaspart cosignataire de la lettre ouverte à Nicolas Hulot suite à la décision du gouvernement d’autoriser l’importation de 300.000 tonnes d’huile de palme pour produire des biocarburants

Lettre ouverte du sénateur Jean Bizet à Monsieur Nicolas Hulot, Ministre d’État, Ministre de la Transition écologique et solidaire

Monsieur le Ministre d’État,

Nous avons l’honneur de vous faire part de notre plus grand étonnement en apprenant l’autorisation que vous avez accordée au Groupe Total pour exploiter 300 000 tonnes d’huile de palme importée pour produire des biocarburants dans son usine de La Mède, dans les Bouches-du-Rhône.

Cette décision nous apparaît en effet fort éloignée de vos engagements et de l’ambition environnementale qui forgeait votre personnalité politique.

Vous vous étiez engagé à déployer un plan ambitieux de protection de la biodiversité. Sujet majeur dont « tout le monde se fiche », disiez-vous, vous vouliez même « sonner le tocsin et lancer un cri de mobilisation générale ». Vous restiez en cela fidèle à votre Plan Climat qui entendait faire de la lutte contre la déforestation importée le cheval de bataille de votre action au Gouvernement.

Et nous voici confrontés à l’affaire de La Mède qui nous laisse, à nous parlementaires, un goût amer de défaite avant que la bataille ne soit livrée. Nous vivons ce feu vert accordé à Total comme un renoncement vis-à-vis de nos impératifs écologiques, et une contradiction avec un modèle agricole duquel est exigé proximité, qualité et durabilité.

L’huile de palme est avec le soja la principale source de déforestation dans le monde. En Asie du sud-est, ses ravages sont responsables d’une disparition tragique de la biodiversité locale, d’une violation des intérêts des populations locales, et d’entraves manifestes aux droits humains. Certifiée « durable » par des organismes tiers, l’huile de palme extraite échappe en réalité bien souvent à la rigueur des normes applicables en Europe.

Cette autorisation soulève à juste titre les inquiétudes de notre monde agricole. Alors que les filières colza et tournesol sont en capacité de produire la matière première nécessaire à cette usine, vous avez choisi de privilégier une huile de palme dont la compétitivité est définitivement hors de portée. Quelle absurdité, Monsieur le Ministre d’État, que d’aller chercher très loin une matière première disponible en France produite dans nos campagnes ! Vous avez l’opportunité de sauver à la fois des emplois à la Mède et en même temps de donner un avenir aux producteurs de la filière colza et tournesol. L’agriculture française est en capacité de produire dès maintenant 200 000 tonnes d’huile de colza pour approvisionner la Mède… Cette proposition récemment formulée près du Premier Ministre est aujourd’hui sans réponse ! En réduisant comme peau de chagrin ses débouchés en huiles, c’est également les coproduits de ces filières que l’on atteint : les tourteaux, qui apportent des protéines végétales aux élevages. La France a su réduire au fil des ans son taux de dépendance aux importations de soja, il est aujourd’hui de 46 %, contre 60 % en moyenne dans les autres Etats de l’Union européenne. Où est donc passée la «  stratégie de souveraineté sur les protéines » prônée par le Président de la République lors de ses vœux à l’Agriculture ?

La Mède constitue donc une défaite à plus d’un titre. La lumière devra être faite sur les motivations sous-jacentes à son autorisation, tant la pression diplomatico-commerciale de certains pays semble avoir joué un rôle crucial.

Ce que la France n’a pas voulu faire, l’Union européenne le fera-t-elle ? A l’occasion de la révision de la directive sur les énergies renouvelables, le statut de l’huile de palme énergétique peut être revu. Nous saluons le choix du Parlement européen de neutraliser son utilisation comme biocarburant à l’horizon 2021. Cette réponse est à la hauteur de nos défis environnementaux et des intérêts agricoles européens. Une leçon pour notre Gouvernement ?

Monsieur le Ministre d’État, vous qui regrettez une décision prise « sans aucune gaieté de cœur », ressaisissez-vous. Nous serons derrière vous.

En vous remerciant de toute l’attention que vous voudrez bien porter à notre démarche, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre d’État, à l’assurance de notre haute considération.

Signataires :

Jean BIZET, Sénateur de la Manche
Bruno RETAILLEAU, Sénateur de la Vendée
Jérôme BASCHER, Sénateur de l’Oise
Martine BERTHET, Sénatrice de la Savoie
Anne-Marie BERTRAND, Sénateur des Bouches-du-Rhône
François BONHOMME, Sénateur de Tarn-et-Garonne
Bernard BONNE, Sénateur de la Loire
Max BRISSON, Sénateur des Pyrénées-Atlantiques
Agnès CANAYER, Sénateur de la Seine-Maritime
Anne CHAIN-LARCHÉ, Sénatrice de la Seine-et-Marne
Alain CHATILLON, Sénateur de Haute-Garonne
Marie-Christine CHAUVIN, Sénateur du Jura
Marta de CIDRAC, Sénatrice des Yvelines
Pierre CUYPERS, Sénateur de Seine-et-Marne
René DANESI, Sénateur du Haut-Rhin
Mathieu DARNAUD, Sénateur de l’Ardèche
Annie DELMONT- KOROPOULIS, Sénatrice de la Seine-Saint-Denis
Chantal DESEYNE, Sénateur d’Eure-et-Loir
Dominique ESTROSI SASSONE, Sénateur des Alpes-Maritimes
Bernard FOURNIER, Sénateur de la Loire
Jacques GENEST, Sénateur de l’Ardèche
Jean-Pierre GRAND, Sénateur de l’Hérault
Jacques GROSPERRIN, Sénateur du Doubs
Pascale GRUNY, Sénateur de l’Aisne
Alain HOUPERT, Sénateur de la Côte-d’Or
Jean-Raymond HUGONET, Sénateur de l’Essonne
Benoît HURÉ, Sénateur des Ardennes
Corinne IMBERT, Sénatrice de la Charente-Maritime
Guy-Dominique KENNEL, Sénateur du Bas-Rhin
Elisabeth LAMURE, Sénateur du Rhône
Christine LANFRANCHI-DORGAL, Sénatrice du Var
Florence LASSARADE, Sénatrice de la Gironde
Daniel LAURENT, Sénateur de la Charente-Maritime
Antoine LEFEVRE, Sénateur de l’Aisne
Dominique de LEGGE, Sénateur d’Ille-et-Vilaine
Jean-Pierre LELEUX, Sénateur des Alpes-Maritimes
Gérard LONGUET, Sénateur de la Meuse
Vivette LOPEZ, Sénateur du Gard
Didier MANDELLI, Sénateur de la Vendée
Marie MERCIER, Sénateur de la Saône-et-Loire
Sébastien MEURANT, Sénateur du Val-d’Oise
Brigitte MICOULEAU, Sénatrice de la Haute-Garonne
Patricia MORHET-RICHAUD, Sénatrice des Hautes-Alpes
Jean-Marie MORISSET, Sénateur des Deux-Sèvres
Philippe MOUILLER, Sénateur des Deux-Sèvres
Cyril PELLEVAT, Sénateur de la Haute-Savoie
Cédric PERRIN, Sénateur du Territoire de Belfort
Jackie PIERRE, Sénateur des Vosges
Ladislas PONIATOWSKI, Sénateur de l’Eure
Christophe PRIOU, Sénateur de la Loire-Atlantique
Michel RAISON, Sénateur de la Haute-Saône
Jean-François RAPIN, Sénateur du Pas-de-Calais
René-Paul SAVARY, Sénateur de la Marne
Alain SCHMITZ, Sénateur des Yvelines
Bruno SIDO, Sénateur de la Haute-Marne
Jean SOL, Sénateur des Pyrénées-Orientales
Claudine THOMAS, Sénatrice de la Seine-et-Marne
Michel VASPART, Sénateur des Côtes-d’Armor

https://www.lesrepublicains-senat.fr/spip.php?article10840